A.S.H.P.A.





    




FFH

HANDIBASKET

HANDISPORT TV





ACCUEIL » ACTUALITES » DETAILS
LE WALKER-FOOT UNE NOUVELLE ACTIVITÉ
[walker-foot]

A l'initiative de Laura Anstett, une nouvelle section a été créée à l'ASHPA. Elle rassemble de très jeunes handicapés physiques passionnés du ballon rond. Les séances ont lieu le samedi en début d'après-midi dans la salle des Poteries, en préamble des rencontres de basket de l'équipe de NA. L'activité du walker foot est très bien présentée dans l'article suivant, publié dnas la bulletin officiel de la LAFA en ce mois de septembre.

 

Laure et le « walker foot » le foot diversifié

Tous ceux qui étaient présents aux journées du foot diversifié à Sélestat en juin dernier en ont été marqués. Pour la première fois se déroulait une démonstration de « walkerfoot ». En clair, des enfants de 6 à 14 ans, souffrant de grandes difficultés de motricité et jouant au football soit grâce à un équilibre précaire, soit aidé d’un déambulateur. Et c’est une joueuse de foot qui est à l’origine de ce projet naissant et qui ne demande qu’à grandir.

Laure Anstett, ancienne joueuse de haut niveau au FC Vendenheim, a décidé de se consacrer à l’aide à la mobliité des enfants. Elle contribue notamment certains d’entre eux à jouer au football. Sport universel au départ et qui le redevient.

Laure Anstett a découvert le football avec sa sœur Milène, à travers son papa alors entraîneur de jeunes au Val de Moder. « Jusqu’à l’âge de 15 ans, nous avons joué en mixité avant de rejoindre la sélection d’Alsace puis le FC Vendenheim », explique la latérale droite qui a tout connu avec Vendenheim : « la D1, la descente, la remontée et la Coupe de France avec l’élimination du PSG ». En parallèle, Laure Anstett a entamé des études de kiné. « C’était une possibilité parmi d’autres », souligne la jeune femme qui fait ses études en Allemagne. Elle décroche son diplôme en octobre 2012 et doit effectuer un premier stage. « J’avais une possibilité à Saint-Raphaël dans le domaine de la rééducation des sportifs et la pédiatrie à Strasbourg ». Et c’est cette deuxième option qu’elle retient finalement.

«Tout est parti de là»

Dans ce cabinet de kiné situé près de la gare à Strasbourg, Laure et ses collègues soignent avant tout des enfants victimes « d’IMC » ou infirmité motrice cérébrale, « ce sont soient des grands prématurés ou des enfants qui ont été victimes d’accident cérébral vasculaire et qui sont très lourdement handicapés.

Le fait que je sois footballeuse a été rapidement su par les enfants et tous me parler de football du coup ». Peu à peu, à force d’en évoquer la perspective, c’est un vrai défi que se lance la joueuse de Vendenheim en décembre 2013. Les premiers entraînements ont lieu avec une dizaine d’enfants et la magie opère. « Soit ils évoluent avec des déambulateurs arrières, soit sans rien, juste avec l’équilibre précaire qu’ils parviennent à se donner. Chacun fait ce qu’il peut à la vitesse où il peut le faire. On fait cela sans aucun esprit de compétition, c’est déjà important de parvenir à se faire une passe », souligne Laure Anstett.

Dans un premier temps, il a fallu structurer la démarche en l’inscrivant au sein de l’ASHPA, un club handisport- qui abrite les entraînements réguliers. « En faisant des recherches, j’ai constaté que rien de ce type n’existait nulle part. La seconde étape va être de faire connaître cette possibilité aux enfants concernés sur Strasbourg et environ, en communiquant dans les centres spécialisés, à l’hôpital. L’ambition pour les enfants est de pouvoir trouver une motivation avec une activité qui leur plaît mais aussi de se mêler aux autres enfants comme nous avions pu le faire à Sélestat. On verra ensuite s’il est possible de développer le projet ». La démarche « walker foot » a été récompensée par un prix de la Ligue d’Alsace, décerné lors de la toute récente remise des prix du fair-play et du projet « J’ai rêvé le foot » au musée Würth d’Erstein. De son côté, Laure Anstett a mis sa carrière de footballeuse de côté, pour l’instant au moins. Victime d’une blessure à l’épaule, elle doit subir une opération avant de pouvoir reprendre, « et j’ai d’autres priorités pour l’instant ». On l’a comprend aisément.

 





Tous droits réservés ©A.S.H.P.A.  - 2009-2017

flux RSS

CREDIT MUTUEL DECATHLON SUPERU DNA EDF CG 67 REGION ALSACE STRASBOURG